Une journée tranquille

Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas passé la journée en pyjama, à paresser non pas dans mon lit mais sur mon confortable canapé que j’ai finalement décidé de garder et d’emporter avec moi dans ce voyage vers les tropiques.

Après les nouvelles peu encourageantes de la matinée sur l’épidémie rebondissante, se plonger dans un bon vieux feuilleton à l’eau de rose m’a apporté une certaine sérénité, aussi bizarre que cela puisse paraitre ; les regarder s’embourber dans leurs histoires de coucheries en boucle et leurs secrets sordides m’éloignaient de mes propres préoccupations.

J’ai reçu ma troisième dose de rappel contre la covid-19 mardi dernier et ce vaccin comme à chaque fois me donne l’impression d’être passée sous un rouleau compresseur et d’avoir vidé des litres de rhum !

Cependant cette sensation d’ivresse est très différente de celle provoquée par l’alcool ; ce n’est pas une sensation de perte d’équilibre mais l’impression que les jambes se dérobent, douloureuses et vidées de leur énergie. Tous dans mon entourage n’avons pas les mêmes réactions, cela prouve bien notre individualité et notre façon toute personnelle de réagir face à ce que nous considérons comme une agression, même si c’est pour notre « bien ».

Comment une si petite dose de message viral peut provoquer un tel chamboulement dans un organisme ?  Je n’ose imaginer le calvaire de ceux qui développent tous les symptômes de la maladie et qui se retrouvent confrontés à la souffrance somatique et psychique. Car oui, se sentir privé d’élément vital comme l’oxygène génère assurément de l’angoisse.

Bien que je me sois réveillée en meilleure forme ce matin que la veille, j’ai néanmoins dû modifier le programme de la journée car j’avais projeté de me rendre en région parisienne à 700 km de mon lieu de résidence ; il faut savoir parfois écouter les messages du corps quand il nous lance des S.O.S. à tue-tête, d’autant plus que ce déplacement n’était pas obligatoire là, maintenant.

C’est un lâcher-prise qui fait du bien, sans culpabilité bien que ce soit la troisième fois que je reporte ce voyage à Paris.

Ma foi, c’est avec un plaisir non dissimulé que je savoure cette journée de tranquillité en pyjama, ne pas avoir à courir à droite ni à gauche pour répondre aux attentes des autres mais rester là à ne m’occuper que de ma personne !

Qu’est-ce qu’il est bon parfois de ralentir, être dans l’inaction, ne plus penser, ne plus réfléchir, même l’espace d’une seule journée au milieu de toutes les autres que nous passons à courir après le temps, ce si précieux temps qui prend un malin plaisir à nous échapper.

Maurice-M. Jack


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s